Comment Samsung a modifié ses téléviseurs pour qu’ils obtiennent des résultats de tests plus avantageux

Des testeurs de téléviseurs ont découvert que des modèles récents de la marque coréenne ont été modifiés pour paraître plus lumineux et respectueux des couleurs lorsqu’ils passent sur un banc d’essai. Samsung a avoué la manipulation à demi-mot et promet une mise à jour.

Cela devient une mauvaise habitude ! Après avoir été pris main dans le sac dans une sombre histoire de manipulation de résultats de benchs dans ses smartphones, Samsung est de nouveau en pleine tourmente… pour une autre gamme de produits.

Le site Flatpanelshd, spécialisé dans les tests de télés, a en effet remarqué que le fabricant coréen avait modifié plusieurs téléviseurs de sa gamme 2022 au niveau logiciel pour qu’ils obtiennent des résultats de tests plus flatteurs. Une découverte qui confirme celle de la chaîne Youtube HDTVTest, qui avait fait un constat similaire, il y a quelques semaines.

Pour comprendre la manipulation opérée par Samsung, il faut d’abord s’attarder un peu sur les procédures que les testeurs de téléviseurs emploient pour jauger la qualité d’image. Afin de mesurer la luminosité et la fidélité des couleurs d’un écran, le testeur lance un programme qui enregistre les mesures d’une sonde qu’il applique à un endroit spécifique de la dalle. Le programme va alors afficher des patterns de test sur cette fenêtre, qui sont enregistrés par la sonde. Traditionnellement, cette fenêtre occupe 10 % de la surface de l’écran : c’est un standard respecté par toute l’industrie afin d’obtenir des mesures cohérentes.

Or, en modifiant légèrement la taille de cette fenêtre – ils l’ont fait passer à 9 % de la surface de l’écran, ce qui n’aurait dû en rien changer les résultats – les testeurs ont remarqué qu’ils obtenaient des mesures complètement différentes… et bien moins bonnes. Sur le téléviseur QN95B, FlatpanelsHD a par exemple constaté un pic de luminosité de 2 300 nits sur une fenêtre occupant 10 % de la dalle. Mais en modifiant la taille de la fenêtre à 9 %, ils n’obtiennent plus que… 1300 nits, soit une baisse violente de 80 % ! Même chose pour les couleurs : sur une fenêtre à 10 %, le téléviseur affiche des couleurs bien plus justes.

Samsung promet une mise à jour

Il n’y a qu’une explication possible à tout cela : Samsung a adapté le firmware de ces téléviseurs pour qu’ils se comportent différemment lorsqu’ils passent au banc d’essai. Une pratique déplorable, puisqu’elle peut fausser les tests, notamment effectués par la presse spécialisée.

FlatpanelsHD a contacté la firme coréenne pour obtenir une réaction. Et celle-ci a avoué, à demi-mot, qu’il y avait bien eu manipulation. « Pour proposer une expérience de visionnage plus dynamique à nos clients, Samsung fournira une mise à jour qui assurera une luminosité cohérente des contenus HDR sur un plus grand nombre de tailles de fenêtres, au-delà du standard de l’industrie ». Sans préciser toutefois quand cette mise à jour aurait lieu.

Une pratique malheureusement habituelle

Samsung a donc récidivé dans la manipulation de benchmarks. Il y a quelques semaines, on découvrait l’existence, sur de nombreux smartphones Galaxy, d’un module « secret » baptisé Game Optimizing Service, qui bridait les performances de quelques 10 000 applications populaires, afin, sans doute, de préserver la batterie des téléphones. Mais Samsung avait volontairement omis d’inclure dans cette liste les applications de benchmarking (Antutu, Geekbench, 3DMark, etc.) qui fonctionnaient donc à plein régime. La firme s’est depuis platement excusée, et à mis à jour ses smartphones.

Soyons complets : Samsung est loin d’être le seul à avoir cette pratique détestable. Par le passé, d’autres fabricants ont aussi été pointés du doigt pour avoir manipulé des outils de mesure. L’an dernier, OnePlus avait aussi été épinglé. Il y a quelques années, Huawei avait aussi triché.

Leave a Reply

Your email address will not be published.